samedi 17 janvier 2015

La route continue, fidèle à mes engagements et convictions de toujours

J'ai décidé de démissionner du PS cette semaine, après 10 ans de militantisme.

Ceux qui suivent mon action et mes prises de position, sauront certainement reconnaître à ces années de travail au service des habitants locaux une cohérence certaine et une implication totale.

C'est pourquoi la décision de démissionner n'est pas une décision facile, jamais. Elle ne peut être prise ni dans la précipitation, ni sur un coup de sang malgré mon caractère entier.

C'est aussi pourquoi, je rassure ceux qui seraient inquiets, je suis et je reste qui je suis. Je n'ai aucune intention de changer ni mes idées ni mes combats. Pas question de retourner ma veste en allant adhérer à je-ne-sais quel parti du centre ou de droite. J'ai des ambitions politiques, mais pas à n'importe quel prix. Je reste un soutien du Président de la République et de son gouvernement.

Les raisons de ma démission relèvent du fonctionnement (je devrais dire du non-fonctionnement) du PS de la Haute Savoie uniquement. Depuis des années, le PS de Haute Savoie a abandonné le champ de la bataille des idées pour le bien des Hauts-Savoyards. Il a disparu depuis deux ans des écrans radars du monde politique. Jamais il ne prend de position sur les questions qui vous intéressent, vous les habitants. Avez-vous entendu quoi que ce soit, une quelconque proposition, concernant le logement ? Les déplacements ? L'emploi ? L'économie ? La cherté de la vie ? Etc... Non, le PS haut-savoyard est devenu une machine au service de la carrière de son patron départemental.

Ceux-là ont confisqué le parti aux adhérents pour le mettre au service d'une ambition personnelle. A cet effet, la machine à exclure fonctionne à plein depuis quelques mois, sans compter les militants qui fuient un parti dans lequel ils ne se reconnaissent plus.

Fidèle à sa stratégie de couper toutes les têtes qui pourraient lui faire de l'ombre, le premier fédéral a annoncé en conseil départemental (sans même prendre la peine de m'en avertir alors que nous nous sommes vus l'avant-veille ! Bravo pour la lâcheté!) qu'il saisissait la commission des conflits (commission de discipline) contre moi au sujet des réponses que j'avais données à une journaliste de l'Essor Savoyard (article paru le 01 janvier).

J'ai démissionné car je ne voulais pas donner l'occasion à ces gens d'avoir ma tête. Etant donné le peu de travail fait depuis des années par la fédération, je ne lui reconnais absolument aucune légitimité pour donner des leçons à ceux qui, comme moi, font leur travail sur le terrain.

Cette convocation aurait été une humiliation, une atteinte directe contre moi: convoquer pour avoir répondu à la presse. Convoquer pour avoir usé de ma liberté d'expression. En décidant de demander cette saisie de la commission, le premier fédéral connaissait les conséquences. Il savait que je ne l'accepterais pas.

Ces péripéties de cuisine politicienne n'intéressent personne, à l'heure où tant de chantiers sont devant nous. Les Annéciens et les Hauts-Savoyards attendent de nous, les élus à qui ils ont fait confiance, que nous travaillons à leur service, pas au service de telle ou telle écurie politique. Quand on ne se reconnait plus dans les pratiques de sa famille politique, pratiques qui sont l'antithèse de mon engagement, il faut savoir partir pour consacrer son énergie aux vrais sujets, ceux qui intéressent les gens.

J'ai démissionné du PS mais je reste bien entendu le chef de file du groupe d'opposition "Avec vous, Annecy pour tous" au conseil municipal d'Annecy et je demeure conseiller d'agglomération. Dans la réalité de mon action quotidienne au service des Annéciens et des habitants de l'agglomération, ma décision n'aura aucun impact. Je continuerai à travailler comme je le fais depuis 7 ans. 

C'est ma longue marche, celle de mon combat pour l'égalité, la fraternité, la liberté, la solidarité et la laïcité qui continue. Le seul objectif dans cette marche, le seul point d'arrivée que je me fixe, c'est vous. Vous pouvez compter sur mon dévouement et mon engagement à votre service. Pour continuer à être qui je suis, en accord entre mes actes et mes paroles, je devais partir. C'est fait. Maintenant, je retourne au travail, sur le terrain que j'aime tant, pour qu'ensemble nous puissions un jour dessiner un autre avenir pour Annecy. Cette démission est le commencement d'une nouvelle aventure. Ce n'est surement pas le chemin le plus facile, mais en bon montagnard que je suis, je sais que c'est parfois par des sentiers escarpés que l'on découvre les plus beaux paysages et que l'on fait les plus belles rencontres.

Je vous embrasse.

2 commentaires:

  1. sylvie Camilleri17 janvier 2015 à 23:53

    Tu as tout mon soutien Denis. Nous les élus d'opposition qui croyons aux valeurs de la solidarité, de la liberté, de l'égalité et de la laïcité, nous continuerons notre combat, notre engagement loin des soucis actuels. NOUS LE DEVONS A TOUS CES CITOYENS QUI ONT VOTE POUR NOUS. Nous allons continuer dans un groupe collectif à travailler pour le mieux vivre de tous. Nous allons penser, partager les expériences en cours et nous le ferons ensemble car nous sommes sur le terrain au quotidien, et que nous sommes sur tout le département à l'écoute des attentes, des problèmes de gens qui comptent sur d'autres pour faire avancer les choses.


    RépondreSupprimer
  2. Guillaume mathelier avait dit en 2012 qu'il voulait une nouvelle génération d'élus... Apparemment, il se débrouille déjà bien pour faire partir l'ancienne :(

    Yan Duvivier.

    RépondreSupprimer