jeudi 18 décembre 2014

Politique du logement à Vallin-Fier

Lundi soir en conseil municipal était proposé au vote la modification n°5 du PLU concernant le futur quartier (que je n'appelle pas éco-) Vallin-Fier.

D'abord sur la forme. Ayant reçu la convocation et les points à l'ordre du jour en début de semaine dernière, j'ai demandé à avoir un rendez-vous au service urbanisme pour m'informer des tenants et aboutissants de cette modification. Ce rendez-vous a eu lieu vendredi. J'ai donc préparé mon intervention (dont les graphiques ci-dessous) en fin de week-end (pour répondre à M. Rigaut qui demande que l'on lui passe les documents pour censure 15 jours avant le conseil).

Arrivé au conseil municipal, je me suis dirigé vers le directeur général adjoint qui s'occupe des projections au vidéoprojecteur pour lui tendre le document avec les graphiques (sur clé USB) afin qu'il les projette pendant mon intervention. Il a donc copié ces documents (qu'il ne m'a pas rendu en fin de séance). Très certainement, il est ensuite allé rapporter à M. Rigaut qui, ne souhaitant pas de débat, a refusé que l'on projette, pour le public et les collègues élus, ce document. Je garde en travers de la gorge l'attitude à la fois du maire et du fonctionnaire en question qui, plutôt que de m'avertir en amont de ce refus, ont attendu le moment de la délibération pour faire leur coup. Une bien triste conception du respect des personnes, et du travail fait par les élus. Car réaliser ce graphique m'a demandé plus de 2 heures dimanche soir (le temps de regarder les éléments du Plan Local de l'Habitat, les diverses études sur le sujet,... bref de faire un travail argumenté) pour être traité en conseil municipal comme un mal propre.

Ce qui m'a le plus choqué dans cette affaire, et qui justifie aujourd'hui que nos relations seront nécessairement plus tendues, c'est l'accaparement des moyens publics de la ville au seul profit de la majorité. Rien, ni dans le règlement intérieur, ni dans aucun texte, ne permet de justifier cette entrave à l'expression d'un conseiller, dès lors que ses propos ne sont ni diffamants ni insultants. Les fonctionnaires de la ville doivent être au service de tous les élus car nous sommes les représentants de tous les Annéciens. Cette rupture de l'égalité de traitement des élus, cette rupture du pacte républicain par un abus de pouvoir et une mise sous coupe des services municipaux est une insulte à la démocratie. Visiblement l'étiquette centriste n'interdit pas le recours aux agissements extrémistes.
J'étudie d'ailleurs la possibilité de porter cette affaire devant les autorités compétentes.

Sur le fond. La délibération prévoit la construction de 30% de logements sociaux sur les 1100 logements prévus, ainsi que d'une centaine de logements en accession aidée. Ces chiffres sont bien loin des promesses électorales de M. Rigaut qui promettait 1/3 de logements sociaux, 1/3 d'accession aidée et 1/3 de logements libres.

Sur Annecy, la liste d'attente pour avoir accès à un logement social est de 5000 demandes. Ce sont pour 70% d'entre elles, des personnes qui aujourd'hui sont obligées de se loger dans le parc privé à des prix exorbitants qui les plongent dans des situations financières extrêmement difficiles.
De même, à Annecy, on n'a plus construit aucun logement en accession aidée (qui permettent aux familles de devenir propriétaires à des prix abordables) depuis 2009. Non, à Annecy, on préfère jouer la spéculation immobilière et vendre des terrains publics pour construire des logements à 4500€ du m², soit des logements pour les 5% de la population la plus riche !

Rappelons aussi que la loi nous oblige à atteindre 25% de logements sociaux d'ici à 2025 (soit la construction d'environ 2000 logements pour Annecy).

Ces rappels étant faits, nous voulions projeter notre contre-proposition, afin de pouvoir ouvrir un débat, certes politique mais oh combien utile pour l'avenir de notre ville, et un débat attendu par beaucoup d'Annéciens (pour lesquels la question du prix du logement est aujourd'hui la préoccupation n°1). Mais M. Rigaut préfère censurer nos propositions, pour mieux écouter les rangs de la divers droite extrême lui parler, pendant 15 minutes du projet des Trésums (j'ose à peine imaginer l'impatience qui aurait agité la majorité si c'était Philippe Métral-Boffod qui avait tenu le crachoir aussi longtemps, mais la douce musique de M. Bexon semble moins insupportable à la mjorité). C'est tellement plus facile !

Voici le document qu'il ne fallait surtout pas projeter. Merci d'écarter les enfants et les âmes sensibles !



Si vous avez réussi à passer le choc de cette photo, je vais donc vous l'expliquer.

D'abord dans le tableau, vous avez en position centrale les promesses faites par M. Rigaut : 1/3,1/3,1/3, reprises dans le camembert du bas.

A gauche, la délibération votée lundi soir (nous avons voté contre) avec 61% de spéculation immobilière (soit +303 logements par rapport à la promesse, c'est ce qu'on lit dans la colonne "différence"), 30% de logements sociaux (-36 par rapport à la promesse) et 9 petits % d'accession aidée pour les classes moyennes d'Annecy (-266 logements). Voilà la politique du logement menée par M. Rigaut, grand défenseur des classes moyennes annéciennes en paroles, qui en réalité travaille au service de sa caste à lui, celle de ceux qui gagnent plus de 10 000€/mois et peuvent se permettre d'acheter des logements neufs à Annecy à plus de 4500 € du m².

Notre proposition (à droite, une fois n'est pas coutume), s'inscrit dans l'objectif du respect de la loi et consacre donc 45% des logements à construire en logements sociaux, ce qui représente 500 logements (je rappelle que la demande est de 5 000).
Nous souhaitons également la construction d'1/3 (pour être tout à fait exact 32%) d'accession aidée pour les Annéciens de la classe moyenne qui souhaitent pouvoir devenir propriétaires sans se ruiner.
Ces objectifs de politique de mixité sociale étant actés, le marché libre (en totale atonie depuis des mois, sauf pour les produits de défiscalisation et de spéculation immobilière) serait donc de 250 logements soit 23%.

Je crois que ces graphiques parlent effectivement d'eux-mêmes et montrent bien la différence entre les paroles et les actes de M. Rigaut. 
Il montre aussi qu'en matière de logement, les choix politiques sont différents entre ceux qui privilégient leur classe sociale aisée et veulent faire d'Annecy une ville de riches; et nous, qui défendons une certaine idée de la mixité sociale, une certaine idée du droit à chacun de se loger selon ses moyens, et une certaine idée du respect des lois de la République.

Voila le débat que nous voulions avoir. La noblesse de la politique, c'est d'être en capacité d'écoute et de débat (chacun pouvant dire s'il est pour ou contre), sans sectarisme ni censure. Tout le contraire de l'attitude de M. Rigaut.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire