mardi 30 décembre 2014

2014, une année riche


Retour sur nos interventions et nos actions en 2014 pour les Annécien(ne)s

Janvier 

La campagne des élections municipales commence à frémir à droite alors que cela fait près d'un an et demi que nous travaillons à notre projet alternatif pour les Annéciens. EELV et le PCF annoncent qu'ils feront listes à part, chacun de leur côté. A l'occasion des vœux aux Annéciens, le premier thème de campagne, le logement est abordé et je fais des propositions pour alléger la facture pour les Annéciens.
La droite choisit le site des Teppes pour implanter la nouvelle cuisine centrale de la ville (à l'époque pas de regroupement envisagé avec d'autres communes ce que nous dénonçons). Nous nous opposons à au choix de ce lieu (pas à la nécessité de construire une nouvelle cuisine centrale que nous voulons intercommunale) fait dans la précipitation et sans concertation. Nous portons un autre projet plus en accord avec les aspirations des habitants du quartier Novel-Teppes et les associations.
Le Conseil Général de la Haute Savoie fait savoir qu'il lancera une DUP commune "Tunnel sous le Semnoz/BHNS" et que les collectivités locales devront participer aux coûts.

Février

La ville se réveille sous le choc de la profanation de la plaque commémorant la rafle de 6 enfants juifs à l'école du quai Jules. Un rassemblement est alors organisé pour manifester notre indignation.

La campagne suit son court.

Mars

Elections municipales. Après une fusion au second tour avec la liste EELV (les autres listes de gauche ayant candidaté pour la gloire, pour se compter comme elles disent, faisant ainsi le jeu du FN), nous faisons 26% des voix. 6 conseillers municipaux sont élus et 2 conseillers d'agglomération.

Avril

Nous intervenons pour condamner la décision de M. Rigaut d'annuler le carnaval des enfants parce qu'il tombait le jour du vendredi Saint. Nous défendons, avec plusieurs associations, le respect du principe de laïcité. Cette annulation (qui a couté de l'argent aux organisateurs) devait donner lieu à un report (selon la promesse du maire). Celle-ci n'aura jamais lieu.
Au conseil d'agglomération (puis au conseil municipal), M. Rigaut porte une délibération "reconduisant les mêmes indemnités que celles du mandat précédent" (selon ses dires). Or, avec Claire Lepan, je monte au créneau pour dénoncer en réalité la hausse des indemnités de président de l'agglo et de maire (2000€ au total), toutes les autres indemnités (et c'est tant mieux) restant identiques à celles du mandat précédent. M. Rigaut expliquera par la suite, face à la grogne populaire, qu'il cherche ainsi à compenser, par avance, sa future perte de mandat de conseiller général. Avec Claire nous serons les deux seuls, après avoir entendu cette explication à l'agglo, à avoir le courage de voter contre. Au conseil municipal, c'est l'ensemble de notre groupe qui votera contre, Bexon ( qui avait voté pour à l'agglo) s'abstiendra...

Mai

Une étude de l'OMS classe Annecy comme la seconde ville la plus polluée de France. Si le rang put être débattu, une réalité s'impose désormais à tous (bien que nous l'ayons largement dénoncé durant la campagne municipale): le choix du tout voiture pose une problème grave de santé publique, et de respect de notre environnement. En conseil municipal, la majorité minore cette réalité, préférant polémiquer sur les résultats de l'OMS. Le maire promet des solutions... on attend toujours.
En conseil d'agglo, je redis mon désir de voir institué une tarification sociale (selon les revenus) pour les bus comme cela se pratique ailleurs ainsi que l'alignement des tarifs handibus sur ceux des tarifs SIBRA. Je redis aussi ma volonté que l'agglo arrête de subventionner le logement PLS pour se concentrer sur les vrais besoins en terme de logements sociaux : le PLAI et le PLUS... logement encore.

Juin

Alors que le nom de Charles Beigbeder (porteur en chef du projet de JO 2018) circule autour de l'affaire Bygmalion, j'écris aux différents subventionneurs publics pour obtenir l'ouverture des comptes de la candidature et obtenir toute la transparence sur ces chiffres. Seuls M. Rigaut et M. Monteil me répondent pour m'envoyer balader. Le maire sortira quelques chiffres très grossiers, sans détails et ne répondra jamais à ma deuxième lettre demandant des éclaircissements sur certaines lignes (comme la communication par exemple). Malheureusement, sans ces informations, je ne peux poursuivre plus loin.
L'idée d'une fusion des communes (au début les 4 communes urbaines) fait son apparition dans le débat public, alors que jamais personne n'avait abordé cette question au cours des campagnes municipales. Je fais connaitre mon soutien à cette idée de fusionner des communes aux problématiques relativement proches, à condition que la population soit associée à la réflexion (on attend toujours...) et que cette fusion repose sur un vrai projet d'avenir, pas seulement sur des données comptables.

Juillet

Le conseil municipal vote (bien entendu nous votons contre) la privatisation d'un partie du parking de l'Impérial pour l'usage exclusif des clients de cet établissement.
La construction d'une nouvelle bibliothèque est votée dans le quartier de la Prairie. Nous avions défendu ce projet en campagne électorale, mais dans le cadre d'une vision plus large intégrant aussi un lieu de rencontre, réunion pour les habitants et les associations du quartier. Le début de la proposition passe, la salle de quartier est retoquée par la majorité.
Les premières esquisses de la future cuisine centrale sont dévoilées. Après avoir dénoncé l’égoïsme de la ville qui souhaitait faire une cuisine pour elle toute seule, loin des nécessités de mutualisation des moyens avec d'autres villes pour réduire les coûts, M. Rigaut ouvre enfin une brèche en acceptant de fabriquer les repas de Meythet. Noble récupération de nos demandes, mais une récupération qui a un goût d'improvisation de dernière minute, loin d'une conception réfléchie de mutualisation pérenne des moyens. Nous relevons les risques de nuisances de ce nouvel équipement pour les riverains.

Aout-Septembre

Le 30 juillet je fais paraître un article demandant que l'on réfléchisse à dépoussiérer la fête du lac, devenue un spectacle "comme un autre" qui n'a plus aucune raison d'être conçu par la ville, collectivité locale alors que l'intérêt collectif de cette fête est contestable. Je réitère ma demande que le feu d'artifice soit plutôt vu comme le point d'orgue d'une manifestation se déroulant sur plusieurs jours plus ouverte sur les Annéciens.
Le 02 Août, la fête du lac a lieu sous des trombes d'eau, par décision de M. le maire qui refuse de rembourser les places. Je regrette ce choix qui pénalise de nombreux visiteurs et Annéciens. Je dénonce surtout l'argent roi qui entoure désormais cette fête et appelle à une réflexion globale pour la moderniser et la rendre plus attractive pour les Annéciens. Malheureusement, à l'heure actuelle, cet appel reste sans réponse de la part de la majorité.
Sur son blog, M. Rigaut s'en prend violemment au monde de la nuit, mêlant amalgames et caricatures. Pour ma part, je rappelle notre proposition de réunir des états généraux de la nuit pour trouver ensemble (fêtards, professionnels et riverains, avec les autorités locales : police, mairie, pompiers, SIBRA...) des solutions pérennes. Une ville comme Annecy doit préserver une vie nocturne riche et dynamique, tout en accompagnant et garantissant le sommeil des riverains. Jeter l’opprobre sur une profession n'est pas digne. L'été viendra étouffer ce début de réflexion, le maire renvoyant le dossier au CLSPD, c'est-à-dire à plus tard...
Averti par des Annéciens de l'apparition d'un nouveau panneau interdisant de marcher sur la pelouse devant l'Impérial, j'effectue un recours gracieux contre cet arrêté municipal. Après quelques tentatives de justifications langagières peut convaincantes et pour tout dire risibles, le maire décide de faire machine arrière et d'annuler cet arrêté pour en prendre un nouveau. Ce nouvel arrêté intègre les trois demandes que j'avais formulées : redonner l'accès à la pelouse de l'Impérial à tous (je n'avais pas contester les points relatifs à l'obligation du port d'une tenue vestimentaire décente dans ce parc, elles sont donc toujours en vigueur), autoriser l'usage des crampons sur le Pâquier pour les joueurs de foot notamment, permettre la pratique de la slackline (interdite dans le premier arrêté) sur une partie du domaine public.

Octobre

Notre groupe dépose une motion en conseil municipal demandant l'encadrement des loyers sur la ville afin de soulager les foyers modestes. La majorité rejette cette idée qui aurait pourtant permis de réguler les prix du marche immobilier.
Suite à la décision du conseil d'Etat d'annuler le permis de construire de la mosquée de la rue des Alpins, je rappelle notre position à ce sujet, qui n'a pas changé depuis des années : les musulmans ont droit à un lieu de prière digne, sur l'emplacement de leur choix. Face à une situation avec certains riverains qui semble bloquée, nous faisons une contre-proposition de lieu pour cette construction. Finalement un accord avec la mairie concernant un terrain de jeu désaffecté adjacent, permet d'entrevoir une nouvelle solution rue des Alpins, ce dont je me réjouis.
J'interviens en conseil d'agglomération, suite à une interpellation des associations pour obtenir des engagements de l'agglo concernant l'avenir du camp Rom des anciens abattoirs. On connait la suite, en décembre les Roms seront éparpillés dans la nature suite à l'évacuation du camp sans qu'aucune solution réelle n'ait été mise en oeuvre.

Novembre- décembre

Avec la baisse des dotations d'Etat, les débats budgétaires s'animent. Après avoir rappelé nos positions pour une priorité donnée au logement et aux transports en commun, ainsi qu'aux écoles et à la rénovation thermique des bâtiments, nous votons contre les budgets de la ville et de l'agglomération qui font des choix de prestige plutôt que des choix utiles pour les Annéciens.
Nous revenons à la charge en novembre sur le logement pour dénoncer la vente de terrains publics à des promoteurs privés pour batir des logements à 4500€/m². En décembre, nous ne votons pas la révision du PLU qui prévoit 61% de logements privés inabordables pour les Annéciens, 9% de logements en accession à la propriété aidée pour les familles modestes et 30% de logements sociaux à Vallin-Fier.
Le 19 novembre, les associations opposés à l'implantation du centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny font salle comble à P. Lamy pour dénoncer de nouveau ce projet. Nous participons de ce mouvement, notamment en dénonçant les choix budgétaires fait par l'agglo de mettre sous pression des services utiles à la population, d'augmenter les impôts, tout cela pour se payer un centre des congrès en bord de lac, et un tunnel sous le Semnoz. Deux projets du siècle dernier.

Voilà en quelques mots résumée une année de travail au service des Annécien(ne)s, en adéquation avec nos valeurs et les idées que nous avons portées devant les électeurs. C'est ici la partie "visible" de l'iceberg : ces actions souvent reprises par la presse et portée à la connaissance des habitants. Il existe aussi une partie moins connue, celle du travail en commission, en groupes de travail, pour amender les projets, modifier les orientations, travailler à la ville de demain, aider les associations, les clubs sportifs... 

J'en profite pour remercier encore mes collègues élus pour le travail fourni avec sérieux, rigueur et constance au service des Annécien(ne)s. Je veux leur dire que ce travail n'est pas vain et qu'il obtient le respect et la reconnaissance de beaucoup d'Annécien(ne)s qui, de quelque bord politique qu'ils soient, apprécient notre engagement au service de la ville. 

L'année 2014 aura été faite de hauts et de bas, parfois de moments de solitudes face à l'adversité. Mais cette solitude est aussi l'expression de notre indépendance et de notre liberté de parole et d'actions. Seules nos convictions doivent guider notre action au service du bien commun. C'est en tous cas le sens de mon engagement d'élu. 

Bonne fin d'année 2014 à tous !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire