vendredi 21 novembre 2014

Conseil d'agglo sous protection

Depuis quelques mois, les forces de l'ordre sont systématiquement présentes à l'entrée du conseil d'agglomération d'Annecy. Constitué de policiers municipaux de Seynod et de gendarmes nationaux, cette présence m'interroge.

Certes, elle me permet de rencontrer et d'échanger quelques mots avec ces gardiens de la paix, ce qui est toujours plaisant et enrichissant. Bien souvent je les plains même d'être obligés de rester là pour rien, dans le froid. Alors, pourquoi un tel déploiement de forces pour un simple conseil d'agglomération (aucun policier n'est présent aux portes du conseil municipal) ? Qui l'a demandé et pourquoi ?


Oui, il y a parfois des manifestations d'associations qui souhaitent faire passer un message pour telle ou telle cause. Ces expressions sont légitimes (même si je ne les partage pas toutes) et personnellement je ne les crains pas. Les élus sont là pour être interpellés sur tel ou tel sujet.

D'ailleurs, nul n'a jamais eu à déplorer une quelconque violence de la part de ces militants. Au pire, ils brandissent quelques pancartes pour faire connaitre leurs opinions puisque la parole leur a toujours été refusée. Franchement, nous ne sommes pas en présence de délinquants ou d'individus violents.

Un tel déploiement policier est incompréhensible et pour tout dire déplacé. Il frise d'ailleurs le ridicule quand, comme ce fut le cas au dernier conseil, un relevé d'identité des personnes manifestantes présentes est réalisé avec minutie et pointillisme.

Dans une période où les fonds publics se font rares, ces policiers seraient certainement plus utiles ailleurs qu'aux portes du conseil d'agglomération. Voilà d'ailleurs une économie financière que l'on peut suggérer à la ville de Seynod.

La démocratie, c'est à la fois la sérénité pour le travail des élus et le respect des assemblées délibérantes. Et c'est aussi le respect de militants associatifs ou des citoyens qui souhaitent porter leur message dans un climat de dialogue et d'échange, sans aucune violence. Je ne crois pas qu'une présence massive de policiers soit nécessaire  pour cela.

1 commentaire:

  1. Hallucinant ! Cela explique la hausse des impôts

    Frédérique Meynet

    RépondreSupprimer