mardi 28 octobre 2014

Sivens : le barrage de la mort

La mort de Rémi Fraisse, militant écologiste pacifiste, sur les lieux du futur (ex-?) barrage de Sivens est un drame que je condamne de toutes mes forces. Nul ne doit mourir en défendant ses idées. Dans le pays des droits de l'Homme et du citoyen, qui a inscrit dans ses lois les plus fondamentales, le respect d'Autrui et de ses opinions, ainsi que la tolérance, ce drame est une tragédie nationale.

Comme beaucoup, je souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire, le plus rapidement possible et que les responsables soient traduits devant la Justice.

Je ne me prononcerai pas sur le fond du dossier : Faut-il ou non ce barrage ? Simplement parce que je ne connais pas suffisamment ce dossier et que je n'ai pas l'habitude de m'exprimer sur des dossiers que je ne maîtrise pas.

Par contre, je suis choqué par certaines prises de paroles de responsables politiques qui mettent en cause, sans autre forme de procès que celui de la vindicte populaire, une répression d'Etat, une violence d'Etat, un "fascisme" d'Etat, les violences policières (sous-entendu de tous les policiers), etc... La récupération politique n'a jamais grandi ceux qui en usent.
En tant que républicain, je fais confiance dans la Justice de mon pays pour mettre à jour les circonstances de ce drame qui ne peut rester impuni. Je ne jette pas l'anathème sur toute une profession, celle de la police, à cause d'un probable dérapage.

En attaquant nos institutions, certains abîment encore plus notre pacte républicain et alimentent la défiance des citoyens contre leur bien le plus précieux : la confiance démocratique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire