vendredi 3 octobre 2014

Compte-rendu du conseil municipal du 29 septembre


Voici les interventions que nous avons faites au dernier conseil municipal de lundi 29 septembre.

- Taxe sur la consommation finale d’électricité : La majorité a décidé d’augmenter cette taxe, que chaque consommateur paie sur sa facture, en passant son taux de 8.12 à 8.50 (porté au maximum). Cette hausse de taxe va toucher prioritairement les ménages les plus modestes qui logent souvent dans des passoires énergétiques chauffées à l’électrique. C’est sur la rénovation thermique qu’il faut mettre le paquet, plutôt que de faire de l’écologie punitive. Pour nous, le programme de rénovation énergétique mis en place par la mairie n’est assez ambitieux. D’ailleurs, nous avions proposé dans notre programme de campagne de le multiplier par 4 pour aider réellement les familles modestes. Là, on fait les choses à l’envers. Nous avons voté Contre.

- Deux délibérations portaient sur la construction de la nouvelle cuisine centrale à la place de la chaufferie actuelle de Novel (Chemin du maquis/Avenue de France). Nous avons redit notre opposition face au choix de ce lieu, au milieu d’un quartier d’habitations. Une cuisine centrale provoque des nuisances (trafic routier, odeurs, bruits…) qu’il aurait été plus judicieux d’implanter en zone industrielle. D’autant que les besoins en termes de locaux (que nous aurions construire à cet endroit) pour les habitants du quartier ne manquent pas. J’ai également ré-exprimé mon désespoir de ne pas voir évoqué la mutualisation de cet équipement au niveau de l’agglomération. La mutualisation, on en parle, mais on ne la fait jamais ! De plus, la majorité a décidé, sans discussion préalable, de déclasser au PLU le terrain de l’actuelle cuisine centrale (Avenue de France) pour y construire des logements. Pas de discussion, pas de concertation sur l’opportunité d’un tel projet ! Comme d’habitude.

- Une délibération portait sur l’agrandissement de la terrasse de l’Impérial, à cheval sur l’allée de passage pour les piétons (côté lac). Cette terrasse a été implantée cet été et c’est seulement en septembre que le conseil municipal est appelé à se prononcer. Cette méthode du « fait accompli » ne nous convient pas. On ne demande pas aux conseillers municipaux d’accepter quelque chose qui existe déjà et qui a été mis en place sans discussion. Deuxième point de désaccord, le deux poids, deux mesures. Chacun aura pu mesurer les largesses de la mairie sur ce dossier qui a accepté cet agrandissement de 156 m² supplémentaires. Cette souplesse, ces largesses, sont à mettre en relation avec l’étroitesse d’esprit de cette même majorité lorsqu’il s’agit des commerces d’autres quartiers, en particulier de la vieille ville. Léger débordement : amende ! Demande d’agrandissement : rejet ! (enfin sauf pour les copains…). Chacun appréciera cette politique à géométrie variable. Troisième point de désaccord : le respect des espaces publics sur la presqu’île d’Albigny. Après la privatisation d’une partie du parking, après la tentative d’interdiction de la pelouse, la majorité a donc voté une privatisation partielle du domaine public, alors même que la terrasse à l’étage est sous exploitée. Enfin, dernier point : nous ne sommes pas opposés à des améliorations pour l’Impérial. L’ancien gestionnaire avait des difficultés à rentabiliser son établissement. Des changements et des améliorations sont donc nécessaires. Mais ils doivent nous être présentés dans un projet global, pas décidés au coup par coup sans vision d’ensemble (pour mieux faire passer la pilule ?). C’est le sens de la demande écrite que j’avais adressée au Maire et qui a donné lieu à la distribution d’une première synthèse. Affaire à suivre…

- L’assemblée nationale (de gauche) a voté la loi sur la transparence de la vie publique, l’année dernière. La ville nous a donc soumis une délibération concernant l’usage des véhicules de fonction et de services. Si l’existence, pour telle ou telle fonction, pour telle ou telle mission, de ces véhicules est légitime, ce qui l’est moins c’est l’absence de contrôle de ces usages. Un contrôle doit s’opérer pour TOUS les usagers, y compris les élus qui y ont droit (j’allais dire, particulièrement pour eux). Je vous rassure ce n’est pas mon cas. Laisser transparaitre une liberté d’usage « sans restrictions d’usage » (sic) comme cela est écrit dans la délibération n’est pas normal. Les élus vont-ils partir en vacances avec leur véhicule de fonction ? D’après cette délibération, ils le peuvent. Le Maire ayant refusé de mettre en place les contrôles que nous demandions, nous avons voté contre cette délibération.

Enfin, nous sommes intervenus sur deux points en questions diverses : le travail en commission et la fête du lac.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire