mercredi 10 septembre 2014

Rue P. Cézanne : rue ratée ou quartier à repenser ?

Je lis dans le journal du jour que M. Rigaut déclare : "la rue Paul Cézanne a été ratée". C'est vrai. Cette déclaration fait suite aux remontrances des riverains qui en ont assez des incivilités et des dégradations.
Map of Rue Paul Cézanne, 74000 Annecy
Cette situation n'est pas nouvelle, même si la prise de conscience du maire semble salutaire. Des travaux ont déjà été engagés, visiblement sans grand succès. Les derniers en date, l'installation de caméras de vidéosurveillance, n'ont fait que déplacer les problèmes. C'est malheureusement ce que nous avions dit à l'époque en votant contre ces installations, qui ressemblent plus à des caches-misères qu'à de vraies solutions pérennes. Les caméras de vidéo-surveillance n'ont jamais fait baisser ni les incivilités, ni les infractions. Elles les déplacent. Leur seul intérêt est de pacifier une zone autour de la caméra, rien de plus.

D'ailleurs, le report des incivilités vers la rue P. Cézanne, comme d'autres rues d'Annecy en dehors du centre-ville largement quadrillé par les caméras, le prouve. Les trafiquants, les mal-élevés, les fauteurs de troubles se reportent vers les lieux où il n'y a pas de caméras (qui sont aussi, bizarrement, les quartiers de plus en plus populaires).

C'est pourquoi ces solutions ne peuvent jamais être des solutions pérennes. La qualité de vie d'un quartier se construit au moment de la conception même du quartier, de son aménagement. Parfois, c'est raté. Mais alors il faut savoir s'adapter et trouver d'autres solutions. Je ne vais pas m’appesantir sur la création de la place Paul Grimault, mais il me semble que là encore, pour pacifier la rue P. Cézanne, on a raté le coche (chacun se souviendra de mes déclarations à l'époque). Ce lieu aurait dû être en partie conçu pour la jeunesse (et les rencontres), pour la mettre en plein jour au centre-ville et ainsi éviter les incivilités dans les arrières-cours. De même, cette place aurait dû être le trait d'union entre le centre-ville et le quartier, pour "élargir le centre-ville" et intégrer totalement Courier. C'est aujourd'hui juste un lieu de passage, pas un lieu d' "union" des quartiers.

Pour sortir de cette situation, il nous reste une carte à jouer, avec la population : l'avenir des Capucins. Mais il ne s'agit pas de penser, comme le fait la mairie, simplement l'avenir d'un terrain. Non, il faut penser l'avenir de ce terrain dans le quartier pour créer des flux de passage entre la ville et les quartiers. C'est la différence entre l'urbanisme (qui regarde le quartier) et l'architecture (qui regarde le bâtiment).

Pour limiter les incivilités et les désagréments, il faut créer du passage, du passage d'Annéciens lambda, de familles, de jeunes, de retraités, etc... C'est cela qui diminuera les nuisances pour les riverains. Ça parait contradictoire, pourtant c'est ce que montre toutes les études urbanistiques. Alors mettons-nous au travail sérieusement, plutôt que de dépenser de l'argent public dans des solutions illusoires.

Élargir le centre-ville en y intégrant les quartiers mitoyens pour que tout Annecy devienne le centre-ville de l'agglomération : voila l'enjeu urbanistique de demain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire