jeudi 31 juillet 2014

Le monde de la nuit annécienne



Avec vous, Annecy pour tous

 

Communiqué de presse (pdf)

mercredi 30 juillet 2014

Un maire qui divise et attise les conflits


 

M. Rigaut a publié hier sur son blog un texte intitulé « y a rien pour les jeunes » qui est profondément choquant pour deux raisons.

 

1- Ce texte repose sur des clichés et des caricatures.

 

- D’abord la mise en accusation des professionnels qui tiennent les établissements de nuit est indigne. Nous citons : « A de rares exceptions près, le fonctionnement de ces établissements de nuit crée des troubles à l’ordre public, des nuisances entraînant l’intervention des forces de l’ordre et des dégâts matériels et de santé des participants. Ces professionnels de la nuit n’organisent pas des garderies, mais sont là pour faire de l’argent, ce qui en soi n’est pas condamnable puisque autorisés sous certaines conditions. »

Si ces établissements, comme le dit M. le maire, créaient « à de rares exceptions près » (c’est-à-dire presque toujours) des problèmes, il semble que le législateur les aurait interdits depuis longtemps. Ici M. Rigaut noircit exagérément les quelques problèmes (que personne ne nie) qui ont lieu parfois (pas tout le temps) aux abords (donc plus sous la responsabilité des professionnels) de ces établissements.

En ce qui concerne les professionnels de la nuit, il faut ici saluer leur travail et leur professionnalisme, dans un cadre règlementaire souvent difficile à interpréter entre liberté individuelle des clients et responsabilité de l’établissement. En stigmatisant ces professionnels, M. Rigaut montre sa méconnaissance de ce sujet. Pour ce qui est de leur amour pour l’argent, je crois que M. le maire n’est pas le mieux placé pour en parler. Car si quelqu’un a fait la preuve de son attirance pour les rémunérations généreuses c’est bien lui, en s’octroyant récemment une augmentation de 2000€ de ses indemnités d’élu. Ces professionnels, que nous avons pu rencontrer à de nombreuses reprises, défendent aussi d’autres valeurs (lien social, esprit de fête, responsabilité…) que le seul appât du gain. A noter que ces établissements génèrent également des retombées économiques pour la ville et sont des lieux importants de vie sociale.

- Ensuite les clichés sur les jeunes qui fréquentent ces établissements. Tous vus comme des « fils ou filles à papa » alcoolisés ou drogués, les jeunes fêtards n’auraient de respect pour rien ni personne. Cette vision passe sous silence la très majorité des comportements des jeunes qui sont responsables et savent faire preuve de limites. Quelle pauvre vision de nos jeunes ! A croire que M. Rigaut, là encore, n’a plus remis les pieds dans ces établissements depuis bien longtemps, car s’il existe parfois des excès, la majeure partie des soirées se déroulent dans un esprit bon enfant de fête et de décontraction.

Et ce ne sont pas que les jeunes qui fréquentent ces établissement mais bien toutes les générations (exemple : le Garage réservé aux 30, 50 ans …).

2- Ce texte divise les Annéciens et ne propose aucune solution

Pour M. le maire, il y a d’un côté les gentils riverains qui « subissent » ces établissements et ceux qui les fréquentent, et de l’autre les méchants professionnels et fêtards. M. Rigaut prend clairement position pour les uns contre les autres. Un maire doit être là pour défendre l’intérêt collectif. Annecy, ville préfecture, cœur d’agglomération, est une ville touristique qui ne peut se passer d’une vraie vie nocturne car comme le dit la Sacem, elle est facteur de dynamisme des territoires et représente un vrai poids économique. Le rôle du maire n’est pas de jeter de l’huile sur le feu en stigmatisant telle ou telle population mais de proposer des solutions aux quelques débordements qui, de temps en temps, se font jour. Depuis des années, via le Conseil Local de la Sécurité et de la Prévention de la Délinquance, la ville promet une charte de la vie nocturne. Nous attendons toujours, et il semble difficile de discuter autour d’une table avec un maire qui a de tels clichés sur cette vie nocturne qu’il ne connait visiblement pas.

Pour notre part, nous pensons qu’il existe des solutions pour concilier deux attentes légitimes : celle des riverains de préserver leur cadre de vie (et leur qualité de sommeil), et celle des professionnels et des fêtards de faire la fête. De nombreuses villes ont fait preuve de propositions constructives pour aller dans ce sens.

Depuis des années, pour poser les problèmes sur la table et trouver ensemble des solutions, nous proposons d’organiser des états généraux de la vie nocturne annécienne regroupant les professionnels du secteur, les fêtards, les riverains et les autorités (mairie, police, pompiers, Sibra…). C’est tous ensemble que nous trouverons les solutions aux quelques débordements qui parfois se font jour. Car nous continuons à dire qu’Annecy, ville chef-lieu de son département, ville touristique, a besoin de redynamiser une vie nocturne qui au fil des ans tend à se réduire à peu de chagrin.

A force de prescrire des somnifères à la belle endormie, M. le maire risque bien de faire tomber Annecy dans un coma profond.

 

Denis Duperthuy

Claire Lepan

Evelyne Marteau

 



 

1 commentaire: