jeudi 3 juillet 2014

Conseil municipal de lundi 30 juin

Lors du dernier conseil municipal, notre groupe est intervenu sur plusieurs points.


D'abord, point 14 de l'ordre du jour, sur l'installation d'une nouvelle bibliothèque municipale dans le quartier de la Prairie, en rez-de-chaussée, d'un futur immeuble. Bien sûr, nous ne pouvons que nous réjouir de la réalisation d'une nouvelle bibliothèque (pour déménager l'existante). Elle était d'ailleurs également inscrite dans notre programme municipal (p.19). Mais, pour nous, après avoir écouté les habitants de ce quartier qui ont souvent le sentiment d'être un peu à l'écart, il était important de penser ce nouvel équipement comme un pôle de services aux habitants. Pour cela, nous réclamions notamment l'implantation dans cet immeuble, d'une salle de quartier ouverte aux habitants et aux associations afin de faire plus de vivre-ensemble. Le projet qui nous a été proposé ne reprend pas cette idée. On nous dit que, peut-être, les locaux actuels de la bibliothèque, pourraient ensuite être utilisés à cet effet... Dans l'attente, pour montrer que nous sommes déterminés à ne pas lâcher cette idée, nous nous sommes abstenus. Les points suivants (15 et 16) touchant au financement et au projet de la future bibliothèque ont évidemment obtenu notre approbation totale.


Deux points avaient pour thème les parkings (18 et 28). D'abord, il a été question de louer à l'Impérial "pour les clients et le personnel" (dixit), 60 places du parking public de l'Impérial pour un cout annuel de 32 850 €. Nous sommes intervenus vigoureusement contre cette délibération pour dénoncer une privatisation d'un espace public. Une première pour créer du stationnement à Annecy ! Cette décision n'est pas admissible. Ce parking, déjà souvent fortement occupé notamment en saison estivale, doit rester ouvert au public. On note d'ailleurs, au passage, que contrairement à ce qui avait été asséné lors des présentations du projet de nouveau centre des congrès ("les congressistes viennent en train, ils n'ont pas de voitures, donc pas besoin de parkings"), la question des parkings est importante pour ce genre d'établissement. C'est un début de privatisation de la presqu'île intolérable. Nous avons évidemment voté contre.
Concernant le parking "Marie Curie" (à l'arrière de la gare), il s'agissait de créer une dépose minute avec barrière et ticket. Il nous a semblé que cette solution ne résoudrait pas les problèmes et ne répond pas à la définition classique d'une dépose minute. Nous n'avons d'ailleurs pas bien compris la différence entre ce futur parking (qui n'aura qu'1/4 heure de gratuite) et le parking "classique" souterrain (qui lui offre 30 min. de gratuité). Cette dépose-minute, de part sa conception, risque d'être insuffisamment utilisée, les automobilistes préférant la dépose sur le parvis à l'avant de la gare. Nous nous sommes abstenus face à ce qui apparait vraiment comme du rafistolage d'un "pole multimodal" qui malheureusement souffre d'un vrai manque de sérieux dans sa conception et sa réflexion.

1 commentaire:

  1. Une dépose-minute, comme son nom l'indique, correspond à un arrêt de 5 à 10 minutes. Donc 15 minutes de stationnement gratuit autorisé est généreux, mais placer des barrières aux issues d'une dépose-minute est effectivement étrange.

    Et malgré les 30 minutes de stationnement gratuit des parkings Gare Nord/de la Poste/de Chevênes, des automobilistes préfèrent soit gêner la circulation devant le parvis de la gare, façade Sud (malgré la bande jaune), soit se garer sur les trottoirs ou devant les issues de garages privés.

    D'ailleurs, qui va utiliser les places de parking handicapé prévues sur la place de la Gare, façade Sud ? Les automobilistes qui ont la "flemmingite aiguë" de faire 50 mètres à pieds pour rejoindre leur voiture.

    Seuls les piquets/barrières disposés le long des trottoirs et les contraventions par PV électronique se montrent efficaces contre la négligence ou l'inconscience, par quelques automobilistes de passage, du grand nombre d'utilisateurs de l'espace public en centre-ville.

    RépondreSupprimer