mercredi 11 juin 2014

Il faut fermer l'aérodrome de Meythet




Le dauphiné du jour fait sa Une sur l'avenir de l'aérodrome d'Annecy-Meythet. Celui-ci semble toujours en difficultés financières.


Je suis convaincu que, dans ce dossier, une décision doit rapidement être prise.


Je suis favorable à la fermeture et au démantèlement de cette structure vieillissante et qui est sans avenir. Le seul avenir qui potentiellement pourrait être viable serait de se tourner vers l'aviation d'affaire, en délestage de Genève. Est-ce cela que l'on souhaite, devenir une base arrière pour libérer des créneaux horaires à Cointrin ?


L'aérodrome de Meythet représente 110 hectares situés en plein cœur de l'agglomération. Il engendre des nuisances sonores pour les riverains et participe à la pollution de l'air. Sa fermeture serait de ce point de vue salutaire. Bien sûr, il s'agit de maintenir la plateforme de la Sécurité civile et l'héliport à proximité.


L'argument généralement avancé pour les défenseurs de cet aérodrome serait qu'il est nécessaire à l'économie locale, particulièrement aux chefs d'entreprises. Ayant rencontré de nombreux  patrons au cours de la campagne pour les élections municipales, tous unanimement m'ont dit ne jamais utiliser cet équipement.


Alors certes, l'installation d'une plateforme d'aviation d'affaire créerait quelques emplois. Mais à quel prix? Bruit, pollution et surtout gaspillage de foncier.


Car la question de l'aérodrome doit être replacée dans un contexte plus général d'aménagement du territoire sur l'agglomération (ce que l'on appelle notamment le projet Agglo 2030). J'ai voté contre ce projet car il poursuit l'étalement urbain sur notre agglomération, notamment au détriment des terres agricoles et des espaces naturels. Or, oui, il faut construire du logement car nous en manquons. Mais plutôt que de construire sur des terres agricoles (il faut des décennies pour "fabriquer" un sol cultivable), construisons sur les 110 hectares de l'aérodrome. Ces terres sont certainement impropres à l'agriculture et en plus elles se trouvent en cœur d'agglomération, idéal pour les relier aux transports en commun par exemple.


L'avenir de l'aérodrome doit être vu dans cette perspective globale. Gouverner c'est choisir. Personnellement, je choisis le bon sens et les économies : démanteler un aérodrome socialement inutile, aménager un centre d'agglomération répondant aux attentes de la population, et préserver les terres agricoles (outils de travail de nos agriculteur) et nos paysages.


Pour prendre l'avion, nous irons à Cointrin (pour les passagers) et pourquoi pas au Bourget du lac pour l'aviation d'affaire et de loisir. Passons des accords avec ces structures existantes et mettons le paquet sur les liaisons entre Annecy et ces structures, plutôt que de rester sur de vieilles lunes. C'est ce que nous disions dans notre programme électoral : "L'optimisation, en bus et en train, de la desserte de l'aéroport de Genève, depuis Annecy, pour faire de Cointrin le nouvel aéroport de notre agglomération" (p.9).


Gouverner nécessite du courage et de la hauteur de vue. Nous préparons l'avenir de nos enfants, c'est cela la mission des élus.

1 commentaire:

  1. FANGET Bernard11 juin 2014 à 13:11

    Avant ma retraite, j'allais 2 fois par mois à PARIS en tant que Pt du Syndicat des cinémas de Savoie (des 2) et le Train coutait 8 fois moins cher que l'Avion et pour arriver aux champs Elysées il fallait rajouter 40 mn à 1 heure de taxi donc encore surcoût.... Même payé par ma Sté cela devenait du gaspillage... Donc je choisissais le train et Métro. Si l'avion avait été concurrentiel sur le coût.... J'aurais choisi l'avion...

    RépondreSupprimer