mercredi 21 mai 2014

ETG, pollution, salle des eaux et forets... les sujets du dernier conseil municipal




Le conseil municipal de lundi 19 Mai 2014 a donné lieu à quelques débats.


D'abord l'adoption des comptes administratifs de l'année 2013 (bilans comptables), sur lesquels nous nous sommes abstenus.


Je suis intervenu, concernant le budget principal, pour regretter la faiblesse des subventions aux associations. Il avait été voté fin 2012, une enveloppe globale (en très faible hausse) de 5 709 729 €. Nous l'avions jugé insuffisante à l'époque. Or, sur cette enveloppe, seuls 5 515 679 € ont été consommés.
La différence (près de 200 000€) non consommés, sont liés à la non-distribution de 50 000 € en faveur des associations du secteur social (il faut croire que décidément, les Annéciens ne connaissent pas la crise... Ce n'est pourtant pas la réalité que je vois et dont on me parle sur le terrain !), et 100 000 € qui correspondent au montant de l'ancienne subvention au CPMA (Centre des Pratiques Musicales d'Annecy) qui n'a pas été consacrée, comme cela avait été promis, à un "nouveau projet structurant". L'abandon du CPMA a bien permis à la ville de faire une économie sur le budget "Culture" en 2013.


Claire est intervenue (c'était une première et elle s'en est très bien sortie, chacun peut se douter de l'appréhension face à cet exercice) plusieurs fois, d'abord pour obtenir des explications concernant l'utilisation des fonds genevois (toujours concentrés sur la voirie, alors qu'ils pourraient servir d'autres secteurs comme le social ou la famille), ensuite concernant l'accueil d'urgence des jeunes dans les foyers jeunes travailleurs.
En effet, en 2013 (sur 9 mois), ce dispositif a permis d'accueillir 12 jeunes pour une durée moyenne de 3 mois. Ce dispositif est cofinancé par l'Etat (8 000€) et la ville (3 100€). Il existe malheureusement plus de jeunes en besoin que cela. Claire est donc intervenue pour savoir si ce dispositif pouvait être renforcé.


Autre point : un avenant à la convention de mise à disposition du stade par la ville à l'ETG. Cet avenant ne concerne que des points budgétaires. Or, j'ai rappelé à M. le maire qu'il avait tenu le 13 janvier dernier une réunion publique avec les riverains au cours de laquelle il avait pris des engagements en matière de stationnement, de circulation et de propreté urbaine. Nous nous attendions donc à voir ces promesses traduites en actes dans cet avenant pour exiger de l'ETG des améliorations (mise en place de parkings périphériques et de navettes, WC extérieurs, ouverture du stade quelques heures avant les matchs...). Paroles, paroles... Pour la saison qui va s'ouvrir, rien ne va changer (comme depuis 4 ans maintenant) malgré les promesses du maire. Les riverains vont continuer à subir les mêmes désagréments. Il aurait fallu étoffer la convention en ajoutant des obligations supplémentaires en direction de l'ETG. Pour marquer notre mécontentement et celui des riverains nous n'avons pas voté cet avenant.
Je passe sur la volonté de certains conseillers municipaux qui, bien que chefs d'entreprises ne maitrisent visiblement pas leur sujet, souhaitent s'ingérer dans les comptes de l'ETG qui est, je le rappelle, une entreprises privée pour obtenir des chiffres sur les gains des matchs... C'est une idée qui n'est pas possible. Je me demande pourquoi ce genre de prises de paroles qui sont impossibles à mettre en œuvre, trouvent un tel écho notamment dans la presse. Une ville, je le rappelle, ne peut pas avoir accès à la comptabilité d'une entreprise privée et ne peut donc pas savoir combien rapporte un match... Agiter la population sur des fausses solutions, mais ne rien dire sur un renouvellement de convention qui lui est concret, c'est une posture bizarre.


Evelyne est intervenue sur la mise en accessibilité de la ville. En 2013, la ville a dépensé 300 000€ pour les travaux de mise en accessibilité (personnes en perte d'autonomie, poussettes...). Or, la programmation ne prévoyait que 230 000€. Nous avons donc souligné cette hausse qui nous semble salutaire (nous la réclamons depuis des années) pour accélérer la mise en accessibilité dans la ville (trottoirs, parcmètres...). Nos prises de parole répétées et appuyées sur ce point ont semblé porter leurs fruits... Nous voulions encourager la ville à poursuivre dans cette voie. Malheureusement, nous avions oublié que 2013 c'est juste avant 2014 et que ce coup de pouce n'avait qu'une visée électoraliste. Dès cette année, l'enveloppe redescendra à 230 000€. Dommage.


Enfin le maire est revenu sur l'étude de l'OMS qui classe Annecy comme la 2e ville la plus polluée de France (aux particules fines 2.5). Il a, comme à son habitude, minimisé l'affaire, soutenu en cela par son adjoint à l'environnement et sa caution médicale (M. Poles) qui, ni l'un ni l'autre, ne trouvent qu'il y a là un sujet à débat. J'ai, pour ma part, regretté cette attitude désinvolte et rappelé que le sujet n'est pas nouveau. J'ai rappelé qu'au cours de la campagne municipale nous avions déjà pointé du doigt cette réalité en nous appuyant sur un rapport de l'ADEME qui classait Annecy en 9e position (sur l'année 2009, avec l'indice ATMO). Il y a donc tout lieu de s'inquiéter et d'agir plutôt que de plonger la tête dans le sable. Agir cela signifie mettre l'accent résolument sur les transports en commun (et non pas la construction d'un nouveau tunnel sous le Semnoz) et sur l'isolation des bâtiments. Une réunion va être organisée. Espérons que cette fois, le problème sera enfin pris à bras le corps. C'est une question de santé publique, d'image (donc de toursime et d'économie) et de respect de notre environnement. Affaire à suivre.


Enfin, nous avons voté les tarifs de location de la nouvelle salle des fêtes dite des eaux et Forêts, au nord du boulevard du Fier (quasiment en face de Carrefour).





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire